Gestion des données en 2020 : comment bien l’optimiser ?

Gestion des données en 2020

Les données constituent un élément important dans la vie de l’entreprise. Leurs projets d’amélioration de la gestion de ces données ne s’achèvent jamais. Ces projets concernent la collecte ; le nettoyage ; le catalogage des données et la constitution de datalake ; sans oublier, la mise en place d’un pôle data et le recrutement des agents data expérimenté, entre autres.

Pour les sociétés françaises, il faut mettre à profit les données en dégageant le maximum d’enseignements. Les bénéfices d’une bonne gestion sont multiples, pour ne citer que la connaissance approfondie du client, le perfectionnement de la prise de décision, un meilleur pilotage de la performance entre autres.

La gestion rigoureuse des données

La gestion rigoureuse des données permet à l’entreprise de devenir réellement « data-driven ». La mise en place d’une gouvernance se présente comme un préalable à la fiabilité des données manipulé par l’entreprise. Le déploiement de systèmes BI est une première phase importante à l’exécution de ce projet.

La mise en place d’une telle gestion, nécessite la réalisation d’un recensement des données et le procédé au catalogage. Pour bien exécuter cette phase, il faut inclure une définition de l’organisation et des rôles des acteurs liés à la gestion des données, sans oublier les règles de saisie ainsi que la maintenance. Certaines entités ont déjà commencé la pratique qui se prolongera certainement pour l’année 2020.

Le RGPD, un processus long à établir

Le règlement général sur la protection des données ou RGPD est crucial dans la mise en place d’une gestion rigoureuse. Seulement 28 % des entreprises françaises peuvent se vanter d’être totalement en conformité avec le RGPD, suivant une étude réalisée par Capgemini Research Institute.

Les anciens systèmes rendent le processus d’uniformisation plus difficile. Une mise en place tardive d’un système d’exploitation de données est également un autre frein outre la complexité de la réglementation. Pourtant, la mise en conformité devrait être une priorité pour les entreprises puisque le délai imposé par le CNIL va s’épuiser le mois de juillet 2020.

La monétisation des données

La monétisation des données est une pratique apparue depuis quelques années. Les entités privées ou publiques usent de l’open-data pour générer des revenus grâce à leurs données. L’exploitation se fait en interne ou vendu en externe.

Cette forme de transaction est freinée par la mise en place de la conformité RGPD. Par contre, aucun règlement n’empêche d’effectuer des transactions de manière anonyme. Le développement des réseaux de connexion favorise également la pratique.

La formation des collaborateurs

Le projet d’amélioration de la gestion de données concerne tous les individus qui composent une entité ou une structure. Une décision éclairée et efficace dépend de l’expérience ainsi que le degré de connaissance des collaborateurs sur le perfectionnement de la conduite de données de l’entreprise.

Les compétences de bases concernent la lecture des données et leur compréhension afin de permettre l’établissement d’une analyse appuyé d’un argumentaire solide. La maîtrise de la langue des données semble essentielle pour mener à bien le projet. Chaque collaborateur doit donc maîtriser le langage de la « date-fluent ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *